AccueilCommunauté

Expression libre

Expression libre

Des photos, des vidéos ou des articles, mais surtout des souvenirs (...)


Des photos, des vidéos ou des articles, "expression libre" est une invitation pour tous les montagnards, amis du bureau des guides Passe Montagne, à partager leurs expériences des cimes. Baladez vous à travers les Alpes, découvrez des massifs plus éloignés et découvrez de nouveaux horizons !

Clients, amis, collègues du bureau des guides Passe Montagne, cet espace vous est dédié !


97
May 23

Pyrénées II

Impressions pyrénéennes II. Mon chemin ondule à flanc de colline. Encore un petit village que je quitte par qq km de maudit goudron. Je ne croise plus personne, pas le moindre basque en basquet courant comme un lapin poursuivit par une meute de chien. Personne absolument personne. Le vent s’est levé, un vent comme un vent de mer qui souffle fort et continu sans se donner la peine de la moindre variation ou de la moindre rafale. Juste fort et obstiné. Ça me tue et je fini par échouer derrière une cabane de chasseur au creux d’un col. Bivouac. Et puis la nuit, la pluie se met à tomber que le vent obstiné catapulte la pluie loin par dessus la cabane me laissant bien au sec. Le jour suivant, toujours pas le moindre basque courant sur les chemins, juste deux jeunes gens qui marchent vite et me souhaitent bon appétit au passage. Un col où passe une route avec une station style nordique, chalet suédois et piste de fond. Plus loin, personne sur le chemin.

Le vent est tombé peu à peu souplement sans se faire mal. Bivouac. Pluie. Cette fois ça mouille. Je repars au milieu de la nuit pour avoir chaud, sécher un peu et puis je me recouche sur un col au gazon doux et serré comme un tapis d’Orient. Au matin le soleil se lève à la même hauteur que moi. Je dors jusqu’à être bien sec.


May 20

Christian Petscher traverse les Pyrénées

[11/05 22:36] c pletscher : Tiens, voilà une fin de journée comme je les aime. Arrivée à St-Jean-Pied-de-Porc (je vous jure que ça existe !) un peu tôt dans l’après-midi. Joli bourg moyenâgeux plein remplit de touristes et de boutiques à touriste, un gîte tout les trois pas. Les derniers avant l’étape de demain selon mon topo. Une envie me taraude, filer d’ici le plus vite possible, mais l’orage menace autant dans le ciel qu’à la météo. Renseignement pris auprès du gardien de la Prison de l’Évêque, (je vous avais bien dit moyenâgeux) il devrait y avoir une chambre d’hôtes dans le village suivant. Chambre d’hôtes il y a, mais full pleine à craquer. Pas un recoin disponible même pas sous l’escalier. L’orage s’éloigne dans le ciel, je vais bien trouver un endroit pour bivouaquer un peu plus loin. Sortie du village. Un monsieur devant une belle grande ferme. On se salue. Il m’invite à prendre un café. 79 ans le bonhomme. 36 comme municipal et 24 comme maire. On cause. Pas toujours facile pour moi de capter ce qu’il me dit, à cause de son accent juste presque aussi énorme que le mien et de pas mal de dents que le temps lui a prises. Son fusil est posé juste derrière la porte d’entrée. Il chasse, mais ce n’est pas la saison...Bon, mais je n’ai même pas besoin d’insister pour qu’il me précise que lui, il chasse toute l’année. Quand je sors de là, l’heure a bien avancé. Cette fois je cherche un endroit pour bivouaquer. Un ruisseau me donne l’occasion de faire un peu de lessive. Quand j’ai fini, l’orage se précise. Et bingo je tombe sur un groupe de fermes que je n’avais pas même repéré sur ma carte. Après qq aller et retour je me retrouve dans le gîte de Bruno. Sympa, un peu fracassé par la vie Bruno, mais sympa. Je vais me coucher. Il pleut.


May 1

Les Calanques

Les Calanques, ça sonne à oreille du grimpeur ! Nous y allons régulièrement. C’est un dépaysement perpétuel et la qualité des escalades qu’on y trouve est fantastique. Grâce à ce reportage, nous découvrons d’autres aspects de ce site si particulier. Il faut donc voir ce Passe-moi les jumelles... et ensuite organiser une sortie grimpe là-bas !

Pourquoi pas les Calanques l’automne prochain ? voir notre agenda

RTS, émission Passe-moi les jumelles


Apr 2

Invitation au ski de randonnée

On ne peut qu’encourager sportifs et passionnés de montagne à chausser les skis !

Voici un article du Temps qui met un peu d’eau à notre moulin... de l’eau sous forme de neige, autant que possible. Merci !


Feb 2

TÜRKIYE’DE BUZ TIRAMANISI

Anadolu’ya hos geldiniz (Bienvenue en Anatolie)

JPEG - 129.8 ko
C’est parti !

« Voilà, tout est à vous, faites ce que vous voulez ! Les deux de droite n’ont jamais été grimpées . »

Au pied des cascades de glace de Cevisli, c’est ainsi que notre hôte, Tunc Findic (10X 8000m à son actif), nous souhaite la bienvenue chez lui, en Turquie. Je reconnais d’emblée cet élan de candeur et de générosité propre aux grimpeurs turcs. Pourvu que les gens s’amusent, que le climat soit propice à l’échange : telle est leur devise.

JPEG - 130.8 ko
Olivier à l’ouverture de "Time to go down"

Pour nos premiers coups de piolets, nous optons pour la cascade tout à droite du cirque, haute de 60m, qui nous fait de l’œil. Le soleil, prêt à passer derrière la crête, nous offre encore quelques uns de ses rayons pour cette escalade délicate sur une glace parfois aérée et cassante. « Bu gece için pide ! » (des pide pour ce soir !) un nom tout trouvé pour cette première petite ouverture et de quoi nous mettre en bouche : le repas du soir s’annonce délicieux et les autres cascades fort jolies. Afiyet olsun ! (bon appétit)

L’idée de partir grimper des cascades de glace en Turquie ne tombe pas du ciel et nombreuses sont les raisons qui m’ont poussé à repartir encore une fois pour ce pays qui gagne tant à être connu. La soif de découverte bien entendu, et l’incomparable hospitalité de mes amis turcs. Toutes les surprises amusantes qui font le charme de ce pays ne m’ont pas fait hésiter longtemps. Mais pas seulement.

JPEG - 170.3 ko
Aux abords de Cevisli, le "village des noix"

Les Turcs à l’heure de la cascade de glace

Ces derniers jours de janvier, pour la 3ème année consécutive, un rassemblement de glaciéristes était organisé à Uzundere, la petite bourgade autour de laquelle sont disséminées les cascades de glace. Nous y étions tout bonnement invités ! Soutenu par la province d’Erzurum (la grande ville du coin), cet évènement rassemble des grimpeurs de tous horizons. Notre surprise fut grande de voir atterrir ici de jeunes et moins jeunes gens du pays, enchantés à l’idée de grimper sur ces cascades figées par le gel.

Certes, on connaît la Turquie pour son site d’escalade calcaire majeur : Geyikbayiri (Antalya). Les plus curieux ont probablement entendu parler de Datça, de l’Aladaglar ou encore du site magique et secret du Dedegöl. La Turquie, une terre de grimpe, sans aucun doute. De la à parier que ses autochtones se lanceraient dans l’escalade des cascades de glace, rien n’était moins sûr avant de participer à ce sympathique festival.

JPEG - 115.2 ko
Des sourires qui font plaisir

Venus des quatre coins de leur pays (Istanbul, Ankara, Antalya, Izmir, Nigde, Trabzon, Gaziantep, …) et sous la houlette de grimpeurs plus expérimentés, c’est avec ferveur que ces grimpeurs de tous poils, equipés parfois d’un matériel rudimentaire, se sont lancé à l’assaut des cascades de glaces.

En bref, des journées baignées d’une ambiance bon enfant, sans aucune forme de compétition ; ça fait plaisir et… ça nous change.

L’escalade, un bon prétexte, comme d’habitude

« Oui, mais les cascades, comment c’était ? » Je vois déjà arriver les questions des grimpeurs alpins curieux de la qualité de l’escalade. Eh, bien, venez, et vous verrez ! L’escalade ne serait-elle pas, comme souvent, une bonne occasion de partir à la découverte d’un lieu et de tout ce qu’il offre comme à-côtés ?

JPEG - 150 ko
Anatolia pillar, la belle cascade du coin

Pour sûr, des cascades à ouvrir, il en reste. Des cascades et des goulottes à découvrir, ça se trouve, des cascades esthétiques à répéter, il y en a. Peu importe les difficultés au fond, ni la longueur des cascades. Grimper dans un coin perdu au contact de la population justifie déjà le voyage.

Je ne suis pas prêt d’oublier les rires des villageois de Cevisli, venus en simples curieux au pied des cascades, et qui, sous nos encouragements, se sont finalement prêtés au jeu de l’escalade mieux que quiconque !

Au cours de ce petit voyage atypique, j’ai une nouvelle fois pu constater à quel point nos correspondants turcs nous ont gratifié de si larges sourires et communiqué un si franc enthousiasme. Face aux perspectives souvent peu réjouissantes que la géopolitique leur réserve, franchement, chapeau !

JPEG - 118.7 ko
Erzurum sous la neige

Merci Tafa, Tunc, Çetin pour votre dynamisme et générosité. Merci à tous pour vos sourires. C’était top !

Adrien


Chargement en cours...


Contact Lettre d'information Administration